jui.
2016
29

Si vous étiez malade avant d'être enceinte

Grossesse
Si vous étiez malade avant d'être enceinte

Chez une femme atteinte d'une maladie, la survenue d'une grossesse peut poser certains problèmes.

En effet, il arrive que sous l'influence de l'effort supplémentaire que la grossesse demande à l'organisme, la maladie se complique et s'aggrave.
À l'inverse, il arrive que la maladie menace la grossesse dans son évolution, perturbe l'accouchement et retentisse sur l'état de l'enfant.

Pour illustrer les problèmes que peut poser la coexistence d'une maladie antérieure à la grossesse voici quelques exemples choisis parmi les plus courants : 


Le diabète

Cette maladie du métabolisme (transformation) des sucres se traduit uniquement (au moins au début) par un taux anormal de sucre dans le sang, et par la présence de sucre dans les urines. Autrefois, le diabète rendait la grossesse très dangereuse pour la mère et pour l'enfant Aujourd'hui, les progrès de la médecine ont considérablement réduit les risques. La mortalité périnatale a beaucoup chuté depuis quelques années pour se rapprocher des chiffres observés dans la population générale.

Certaines complications restent cependant plus fréquentes : l’hypertension artérielle, l'hydramnios et des signes de souffrance fatale en fin de grossesse.

D'autres complications risquent de survenir si le diabète est mal contrôlé: fréquence accrue des fausses couches, des malformations fœtales, voire même des morts fœtales dans les dernières semaines de la grossesse.

Quand le diabète est connu avant la grossesse, celle-ci peut se dérouler sans encombre à condition : 

  • d'avoir « préparé » la grossesse avec le diabétologue: il vous proposera un régime rigoureux, un fractionnement des doses quotidiennes d'insuline en trois injections au minimum, ainsi que des examens d'auto-surveillance glycémique ( 6fois par jour), car c'est dans les toutes premières semaines de la vie embryonnaire que se produisent les malformations fœtales qui peuvent être le tribut d'un mauvais équilibre du diabète de la mère : on compte seulement 1,2 % d'anomalies congénitales chez, les femmes « préparées » contre 11 % chez les autres ;
  • de suivre très strictement le traitement et le régime qui auront été prescrits ;
  • d'être surveillée très régulièrement (toutes les deux semaines) par le diabétologue et l'accoucheur ;
  • d’accepter, si elle est nécessaire, une hospitalisation avant la conception ou en début de grossesse, pour équilibrer le diabète si ça n'a pas été fait auparavant : plus rarement en fin de grossesse si apparaît la moindre complication.

Grâce à cette surveillance attentive tout au long de la grossesse, le pronostic s'est considérablement amélioré. L’accouchement s'effectue le plus souvent à terme, mais il n'est pas rare qu'on le déclenche à 38-39 semaines.

La césarienne n'est pas obligatoire, mais reste plus fréquente que chez les non-diabétiques. Le nouveau-né - qui est souvent gros - doit être surveillé pendant les premiers jours de sa vie, car il est souvent hypoglycémique. Un apport de sucre par voie intraveineuse ou par l'alimentation plus ou moins continue est donc nécessaire le plus souvent.

Le diabète peut aussi être découvert durant la grossesse. Parfois, ce diabète préexistait à la grossesse, mais n'était pas connu, et il lui survivra. Mais le plus souvent, il s'agit d'un « diabète gestationnel » qui est dû aux modifications hormonales de la grossesse et qui disparaîtra à l'accouchement. Le diabète gestationnel doit être traité avec le même sérieux que la grossesse chez, une diabétique connue. Le régime permettra parfois a lui seul d'obtenir un contrôle parfait de la glycémie mais le plus souvent il faudra lui adjoindre un traitement insulinique. Une courte hospitalisation sera nécessaire pour la mise en route de l'insuline et l'apprentissage technique (injections, auto-contrôle glycémique, adaptation des doses) qui permettra d’acquérir une autonomie complète pour les soins quotidiens. Dans ce cas le traitement par l'insuline sera arrêté tout de suite après l'accouchement. Il sera cependant utile de vérifier ultérieurement la glycémie, en particulier en cas de contraception œstro-progestative (à éviter dans la mesure du possible) ou de nouvelle grossesse. Bien souvent, chez des femmes obèses, un amaigrissement volontaire par un régime hypocalorique approprié, réduira le risque de réapparition du diabète.

Certaines femmes risquent plus que d'autres de développer un diabète gestationnel :

  • Celles qui ont un surpoids important ;
  • Celles qui ont des diabétiques dans leur proche famille (parents, fratrie) ;
  • Celles qui ont déjà mis au monde de gros enfants, ou des enfants mort-nés :
  • Celles qui ont déjà eu des glycémies un peu élevées lorsqu'elles prenaient la pilule.

Ces cas sont à signaler au médecin.

Reste enfin le problème qui inquiète beaucoup de femmes : au cours d'un examen d'urine fait pendant la grossesse, vous découvrez la présence de sucre. Ne vous inquiétez pas pour autant. Il s'agit au moins neuf fois sur dix d'une simple anomalie de filtration au niveau du rein en rapport avec la grossesse. Signalez cependant ce fait au médecin pour qu'il vérifie votre glycémie dont seule l'élévation définit le diabète sucré.

Partager ce contenu

Quelques couches en promotion

Vous devez être enregistré

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire

Top